• La 1ère boutique de jouets dédiée au jeu ouvert
Home / ACTIVITES CREATIVES / Flipbook coloré : crée ton mini dessin animé !

Flipbook coloré : crée ton mini dessin animé !

Une nouvelle activité pour ce weekend ?
À l’occasion de la journée mondiale du cinéma d’animation qui a lieu le 28 octobre 2017, nous nous intéressons à l’ancêtre du cinéma en vous proposant de créer votre mini dessin animé avec un flipbook coloré !

Et comme c’est bientôt Halloween, on vous a préparé l’histoire d’un petit monstre qui voulait voler ! Vous pouvez télécharger ce modèle Irekiplay ci-dessous, il contient 2 formats A4 à découper, ou même fabriquer votre propre flipbook Halloween à l’aide de notre gabarit vierge.

Règle d’or du jeu ouvert : l’enfant = le maître d’oeuvre / le parent = un guide bienveillant

Temps d’activité : 15 min (gabarit Irekiplay) ; 1 à 2h (gabarit à remplir)

Baromètre désordre : faible

Tranche d’âge : 5-99 ans

Matériel nécessaire

Une imprimante
Des ciseaux
Une agrafeuse ou une pince à dessin
Des feuilles blanches A4
Des crayons et des feutres

QUELQUES CONSEILS POUR FABRIQUER VOTRE FLIPBOOK

1. Imprimez le modèle Irekiplay ou le gabarit vierge sur deux feuilles blanches A4 puis découpez les cases le long des traits noirs en conservant bien l’espace blanc sur lequel est inscrit un numéro. Chaque case est en effet associée à un numéro, même les cases blanches qui seront utiles.

2. Rassemblez les vignettes dans l’ordre, en plaçant le 1 au dessus. Les deuxième et troisième vignettes ainsi que les trois dernières restent blanches. Cela rend la « lecture » du flipbook plus complète et son usage plus ergonomique.

3. Reliez votre flipbook à l’aide d’une agrafeuse ou d’une pince à dessin (cf image) en utilisant l’espace blanc du haut (là où sont inscrits les numéros). Assurez-vous que les feuilles sont bien alignées sur le côté du bas (le côté sur lequel on passera le doigt pour faire défiler les images).

CONNAISSEZ-VOUS CES QUELQUES ANCÊTRES DU CINÉMA ?

La lanterne magique

Inventée au XVIIe siècle par l’astronome Christian Huygens, elle permet de projeter des images peintes sur des plaques de verres à travers un objectif, via la lumière d’une chandelle ou d’une lampe à huile. D’abord baptisée « lanterne de peur », elle est renommée « lanterne magique » par le jésuite Francesco Eschinardi.

Le Thaumatrope

Un jouet optique qui exploite le phénomène de la persistance rétinienne. La persistance rétinienne, c’est quand notre œil capte une image sur sa rétine et la conserve un instant. Si deux images se succèdent rapidement, nous avons l’illusion de n’en voir qu’une.

Le phénakistiscope

Un jouet optique qui donne l’illusion du mouvement, inventé par le Belge Joseph Plateau en 1832. Il est constitué d’un disque en carton percé de fentes sur lequel un mouvement est décomposé en plusieurs images et d’un manche. Pour percevoir le mouvement, le spectateur se place en face d’un miroir et met ses yeux au niveau des fentes du disque, du côté opposé aux dessins. Il fait ensuite tourner le carton. L’œil voit une seule image qui semble être en mouvement.

Crédit photo : Museum for the History of Sciences, Ghent

Le folioscope

C’est aussi ce qu’on appelle en anglais le … flipbook ! Et c’est ce que vous avez peut-être fabriqué à l’instant. On le nomme aussi feuilletoscope ou feuilleteur. C’est un petit livret de dessins ou de photographies qui, feuilleté rapidement, procure à l’œil l’illusion que le sujet représenté est en mouvement.

Crédit photo : Cinémathèque française

Le zootrope

Un autre jouet optique inventé simultanément par William George Horner et Stampfer en 1834 . Il permet de donner l’illusion de mouvement. Des dessins décomposant un mouvement sont placés dans un tambour percé de fentes sur sa moitié supérieure. Celui-ci est fixé sur un axe qui permet de le faire tourner. On regarde alors à travers les fentes pour voir les mouvements en boucle.

Le praxinoscope

Inventé par Émile Reynaud en 1876, c’est un jouet optique. Il ressemble au Zootrope mais contient en plus, dans son tambour, un cylindre à facettes qui tourne également, sur lequel sont disposés douze petits miroirs. La perception de l’animation produite se fait sans obturation (contrairement aux systèmes avec des fentes).

Le zoopraxiscope

Jouet optique imaginé par Eadweard Muybridge en 1879, il reprend le principe du disque tournant du phénakistiscope. Le carton qui constitue les disques est remplacé par du verre transparent sur lequel sont collés les vignettes dessinées, ce qui permet une projection sur grand écran à l’aide d’une lanterne magique.

Photo : Kingston Museum and Heritage Service, 2010

Le fusil photographique

Inventé en 1882 par Étienne-Jules Marey, c’est un appareil photographique adapté sur un fusil traditionnel, permettant de prendre des photographies en rafale.

Photo : Gravure de Louis Poyet publiée dans La Nature n°464 du 22 avril 1882 (Wikipedia)

Le chronophotographe

En 1889, Marey développe cette nouvelle caméra argentique en collaboration avec son bras droit Georges Demenÿ. Elle permet de prendre en rafale des instantanés sur une même bande de papier sensible. La chronophotographie est toujours utilisée aujourd’hui, aussi bien dans les domaines scientifiques que dans la publicité ou la photographie d’art.

Le Kinétoscope

Il permet de visualiser l’illusion d’un mouvement plus longtemps qu’un jouet optique (limité à deux secondes), pendant quelques minutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *