• La 1ère boutique de jouets dédiée au jeu ouvert
Home / L'ECOLE / Développer le potentiel des makers de demain

Développer le potentiel des makers de demain

Lors de la Maker Faire Paris 2017, en tant que fondatrice de la startup IREKIPLAY, j’ai eu l’opportunité de présenter au public notre mouvement créatif et son concept du jeu ouvert en abordant la question de comment développer le potentiel créatif des makers de demain?

Parce qu’on le sait tous…les enfants d’aujourd’hui sont l’avenir de demain…et il est primordial de développer leur potentiel dès aujourd’hui.

. . . mais comment ?

Par le jeu ouvert – traduction du mot anglais « open-ended play. »

C’est un terme très répandu dans les pays anglosaxons depuis toujours, mais qui n’avait pas d’équivalent en français.
J’ai donc décidé de le traduire et d’en faire un mouvement dédié.

Ayant vécu 13 ans au pays de Mickey Mouse, la Silicon Valley et le open-ended play, j’ai grandi et baigné dans cet univers du jeu ouvert et j’en connais personnellement la valeur ajoutée.

Mais c’est quoi le jeu ouvert?

C’est un jeu permettant une activité simple, libre, créative, spontanée et sans règles préétablies, autorisant ainsi l’enfant à en être le maître d’œuvre. L’enfant passe alors de simple utilisateur à acteur créatif et devient donc maker.

Les jouets ouverts, ce sont des jouets qui font appel à la créativité naturelle, l’imagination et l’inventivité des enfants et qui développent donc la confiance en soi et la capacité à résoudre des problèmes.

(Crédit photo: @MarieGervais)

Pour vous donner un exemple très concret d’un jouet ouvert, je vous présente : le carton. Je ne fais pas les présentations, vous vous connaissez déjà et vous vous côtoyez certainement au quotidien. D’ailleurs peut-être parfois un peu trop.

Le carton est un matériel simple mais aux possibilités créatives infinies. C’est un objet ordinaire qui peut être transformé en extraordinaire. C’est un jouet ouvert.

Je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous. Un court métrage intitulé « The Adventures of a Cardboard Box« . Il présente les aventures d’un jeune garçon qui se lie d’amitié avec une boîte en carton…

D’ailleurs, pour la petite anecdote, tout le concept IREKIPLAY a été déclenché lorsque j’ai observé mon fils Lucas, âgé alors de 2 ans, faire un peu ce que ce garçon va faire dans le film…

Les enfants ont une imagination hallucinante. Ils ne se mettent pas de barrière. Ils n’ont pas peur du ridicule. Ils pensent «out of the box» (« en dehors du carton »).

(Crédit vidéo : ©StudioCanoe)

Il existe beaucoup de jouets ouverts de toutes catégories confondues – jeux de construction, jouet sensoriel ou de plein air, jeu de société « sans règles », jouet électronique, de la robotique, …

Ci-dessous quelques exemples en images. Vous remarquerez par exemple les ©Lego en vrac (sans thématique particulière), un exemple type du jouet ouvert.

En bas à gauche, ce n’est pas un handspinner, tendance jouet du moment, mais tout simplement Stick-lets, un jeu de construction pour construire des cabanes et tipis dans les bois !

Etude sur la créativité

Je suis tombée sur une étude très intéressante menée par l’Université de Yale il y a quelques années.

98% des enfants de 3 ans sont considérés comme des génies créatifs…
…mais arrivés à l’âge de 25 ans, ils ne sont plus que 2%…

(Crédit photo: ©MélanieDenecker)

Vous vous rendez compte? Qu’est-il arrivé dans ce laps de temps? Pourquoi perdons nous notre créativité?

Est-ce dû à notre société, notre éducation, notre travail, nos familles ?

Sir Ken Robinson, auteur, orateur et expert en éducation internationalement reconnu, fait une remarque très pertinente… Il dit: « Nous éduquons des gens en dehors de leurs capacités créatives. Nous ne grandissons plus dans cette créativité, nous grandissons en dehors…ou plutôt nous sommes éduqués en dehors. »

Une nouvelle approche

Voici pourquoi il est primordial de trouver des moyens pour que la créativité perdure avec l’âge.

Comme l’a dit Ursula K. Le Guin, auteure de science-fiction : « l’adulte créatif est l’enfant qui a survécu. »

Des études montrent et démontrent également que les enfants développent leur créativité à travers le jeu.
Le jeu ouvert, lui, permet à l’enfant non seulement de rester créatif, mais lui offre des bienfaits multiples dans son développement global (social, émotionnel, etc.)

Nous vous proposons ici, à travers le jeu ouvert, une nouvelle approche basée sur 4 axes principaux.

AXE 1 - LA LIBERTE

(Crédit photo: ©MarieGervais)

Cette image reflète la liberté.
4 enfants qui s’amusent dans la nature, un espace totalement libre et ouvert. Chacun faisant ce qui lui plait. Chacun révélant sa personnalité dans une pose lors d’une séance photo improvisée. Certains plus aventureux (et souples) que d’autres. Certains plus conscients du regard du photographe. Tous sont totalement libres.

A travers l’activité de jeu, l’enfant développe sa créativité. Créativité au sens large, car elle ne se résume pas aux arts mais se développe dans les sciences, les nouvelles technologies, le tricot, la soudure, la menuiserie, le jardinage, etc…

Le jeu ouvert, c’est une réelle promotion de la créativité, c’est donner un espace à l’imaginaire.

Il permet d’offrir une liberté dans le jeu pour que l’enfant découvre ses talents et ses capacités.

Par liberté, précisons bien « liberté » avec un cadre sécurisant défini avec le parent (précision importante car certains pourraient dire « oulala au secours, liberté totale pour mes enfants??? No way!« ).

Et puis cette liberté, soyons honnête, c’est aussi un lâcher prise venant de nous, l’adulte, le parent, le grand-parent, l’enseignant… Aujourd’hui, tout est structuré, il y a des règles à longueur de journée, un rythme de vie effréné. Il est donc important de laisser le temps et la liberté aux enfants d’avoir ces moments de jeu ouvert.

Le jeu ouvert permet également de développer l’estime de soi et de renforcer la confiance en soi.

Il met l’accent sur le processus créatif et non sur le résultat. Le résultat, on s’en fiche ! Pendant qu’il joue, l’enfant va expérimenter, essayer, échouer, recommencer pour finalement… réussir (la réussite étant subjective et pas l’objectif au final) !

À travers le jeu ouvert, l’enfant apprend à accepter l’échec comme quelque chose de POSITIF !
Pensons à tous ces inventeurs qui ont dû d’abord passer par l’échec avant de pouvoir trouver une invention qui marche !

(Crédit photo: @sirkenrobinson.com)

Sir Ken Robinson, précédemment cité – auteur, orateur et expert en éducation – a été une réelle inspiration dans le projet IREKIPLAY. C’est grâce à lui que j’ai trouvé mon « élément », mes talents, ma voie.
J’ai eu la chance de le rencontrer et de partager avec lui un court instant le concept IREKIPLAY.
Lors de sa 1ère conférence TEDx (la plus vue sur les réseaux sociaux), il a dit : « Si vous n’êtes pas préparé à échouer, vous ne sortirez jamais rien d’original. »
Revenons sur cette idée de l’échec qui est très différente selon les cultures. En France, nous avons encore beaucoup de chemin à faire pour que l’échec soit vu et communiqué comme quelque chose de positif, à la maison, à l’école, au travail.

En parlant de liberté créative et de lâcher prise, voici une image que j’aime souvent partager.

Dans une activité de jeu, imaginons une porte. Si elle reste fermée, l’enfant va s’arrêter devant la porte.

La porte peut être fermée pour plusieurs raisons : le jouet était conçu uniquement pour le divertir (il appuie sur un bouton, le jouet réagit d’une certaine manière et c’est fini) ou un adulte lui a communiqué trop de consignes de jeu en pensant bien faire (et je mets un accent sur les consignes de jeu, et non les consignes en termes de sécurité ou des consignes liées par exemple à un cadre tel que peindre sur une nappe et non pas sur le sol, etc…).

Par contre, lorsqu’on laisse la porte ouverte, l’enfant va beaucoup plus loin dans sa créativité et laisse libre cours à son imagination. Il peut alors s’envoler.

Philippe Brasseur, un cultivateur d’idées, consultant et formateur en créativité (oui, c’est un métier qui existe !)

AXE 2 - LA BIDOUILLE

(Crédit photo : ©MarieGervais)

Cette image de super-héros représente des super-makers – ils agissent lorsqu’ils jouent et trouvent des solutions pour « sauver le monde » parce qu’ils ont pu tester, expérimenter et manipuler par le jeu.

En fait, créer vient tout naturellement à l’enfant. C’est dans son ADN. La seule chose à faire pour l’adulte est de lui fournir les bons matériaux pour se lancer.

Pourquoi est-ce si important que ces makers en herbe bidouillent ?
Parce que le monde est en perpétuel changement et qu’il il faut faire en sorte que les enfants soient prêts pour demain.

Le monde est complexe et en constante évolution : rares sont les problèmes pour lesquels il n’existe qu’une solution unique et évidente. L’avenir aura besoin de gens curieux, capables de se mettre à la place d’autrui, de résoudre des problèmes et d’inventer des choses qui n’ont pas encore été imaginées.

Pourquoi les autoriser à manipuler en jouant ? Pour mieux comprendre le monde qui les entoure et les reconnecter à la façon dont sont faits les objets afin de rendre concret et tangible ce qui n’était à la base qu’une idée.

Et au final, les laisser expérimenter par les sens à tout âge afin de sentir, toucher, goûter, entendre, voir leur monde et le réinventer.

AXE 3 - LA SIMPLICITE

(Crédit photo: ©MarieGervais)

« Less is more » comme disait l’architecte Mies van der Rohe.

Avez-vous déjà pris le temps de faire comme cette jeune fille ? Vous coucher dans l’herbe, observer les nuages ou fermer les yeux pour rêvasser ? Une activité bien simple mais qui procure un bien-être immense…

La simplicité, c’est montrer à l’enfant qu’avec un rien, on peut faire un tout. On peut transformer l’ordinaire en extraordinaire, de la même façon que le garçon et son carton dans la vidéo précédente.

Les jouets n’ont pas besoin de complexité. Bien au contraire, lorsqu’ils sont simples d’utilisation, l’enfant se les approprie plus facilement et les transforme. C’est là qu’il devient inventeur, maker et acteur de son activité de jeu.

Il utilisera son jouet d’une certaine manière le 1er jour et le lendemain, il le réinventera pour en faire quelque chose de complètement différent. Puis un jour, il s’ennuiera. Et tant mieux ! C’est à ce moment là qu’il sera le plus créatif !

Prenez une brique de ©Lego ou un ©Kapla par exemple. Difficile de faire plus simple. Ce sont des objets d’une forme très basique et des jouets avec zéro règles mais aux 1001 possibilités créatives.

AXE 4 - LE PARTAGE

(Crédit photo: ©MarieGervais)

Partage entre enfants et surtout partage entre adulte et enfant. Chez Irekiplay, nous mettons beaucoup l’accent sur ces moments forts de partage entre parent et enfant ou enseignant et élèves.

Lors d’une activité de jeu ouvert avec l’adulte, l’enfant se sent encouragé, accompagné et surtout aimé.
Et l’adulte, à travers le jeu, apprend à se prendre moins au sérieux et réapprend à être un génie créatif ! Vraiment, il n’y a pas d’âge pour le jeu ouvert !

J’ai choisi cette image car je voulais aussi mettre l’accent sur l’école. Nombre d’enfants n’arrivent justement pas à trouver leur place à l’école.
Peu importe les raisons. On peut blâmer les politiques, les parents, le système éducatif traditionnel, l’enseignant, … On peut trouver des tas de raisons mais le problème n’est pas forcément là.

Aujourd’hui, certains enfants ne trouvent pas leur place et pour y remédier il faut 1) leur redonner l’envie d’apprendre, 2) renouer les liens avec les personnes de leur entourage (enseignants, camarades de classe, parents) et 3) leur donner l’opportunité de s’exprimer et d’exprimer leurs talents, leurs peurs, leurs envies.

A travers le jeu ouvert et le PARTAGE, l’enfant apprend en s’amusant. Et n’est-ce pas là l’expérience éducative ultime ?

En partageant des moments uniques avec d’autres, l’enfant va apprendre à vivre en société, à conduire des projets collectifs, à travailler en équipe et à coopérer.

Il va développer son empathie – valeur plus qu’importante dans notre société actuelle.

Le partage va lui permettre d’observer le monde qui l’entoure et indirectement le guider dans le respect de la planète, l’aider à trouver son rôle dans la communauté et en tant que citoyen du monde.

A travers le jeu ouvert, un véritable dialogue entre adulte et enfant peut se créer et développer ainsi le lien intergénérationnel.

Le rôle de l’adulte reste aussi très important. C’est un accompagnateur, un guide bienveillant. L’enfant lui, ne l’oublions pas, reste le maître d’œuvre de l’activité de jeu.

Vous avez ainsi pu découvrir les 4 axes de ce nouveau concept de jeu ouvert : 1) Liberté, 2) Bidouille, 3) Simplicité et 4) Partage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *